• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

Archive mensuelle de novembre 2009

Grippe H1N1 Vaccination ou pas ?

La question ne cesse de se poser pour tout le monde. Les avis des spécialistes restent parfois contradictoires.

Les informations délivrées par les médias ont fini par créer une peur et des rumeurs qui obscurcissent le raisonnement.

Si l’on résume:

La grippe A diffuse vite et intensément. Elle atteint beaucoup de sujets jeunes dépourvues de défenses contre ce nouveau virus. Le nombre de gens grippés sera donc élevé. Parmi ceux-ci certains feront des complications pulmonaires soignables en ville, d’autres devront êtres hospitalisés; enfin un petit nombre, qui proportionnel au nombre de gens touchés, en décèderont!

Ce virus a déjà présenté des mutations plus ou moins virulentes et a occasionné à ce titre le décès de deux personnes en Norvège et nécessité l’hospitalisation d’une troisième dont le cas est jugé sévère.

Pour savoir si on doit se vacciner, reprenons les sujets qui alimentent peur et rumeurs:
Le vaccin est fabriqué selon un processus de fabrication homologué pour la grippe aviaire, donc sûr. La mise en circuit des vaccins a été plus rapide car les autorisations administratives ont été accélérées.

Le vaccin de la grippe saisonnière suit le même processus de fabrication. Il est homologué après avoir été testé sur 200 personnes seulement!

Les adjuvants: Ils sont utilisés dans deux autres vaccins. L’un dans le Gripguard qui est un vaccin de la grippe saisonnière utilisé pour vacciner surtout les personnes âgées dont sait que le système de productions des anticorps est plus faible. L’adjuvant stimule le système immunitaire et permet la fabrication d’un taux d’anticorps suffisant pour assurer une protection contre la grippe. Cet adjuvant est utilisé déjà à plusieurs millions de doses sans effets secondaires notables.

L’autre adjuvant a été testé sur 30 000 personnes sans effet secondaire important. Un adjuvant voisin ASO4 se trouve dans un vaccin, le Cervarix qui sert à la vaccination contre cancer du col de l’utérus. Là encore innocuité depuis son introduction.

Ces adjuvants permettent d’utiliser dans la grippe A moins d’antigènes dans chaque dose. Pour les femmes enceintes, est appliqué le principe de précautions puisque l’adjuvant n’ a jamais été testé en cours de grossesse.

Les effets secondaires et notamment la maladie de Guillain Barré. Cette maladie peu fréquente de l’ordre de 2,8 cas pour 100 000 habitants en France et 7 cas pour 100 000 habitants après l’épisode de grippe hivernale habituelle, n’est occasionné par le vaccin que dans 1  cas pour 1 millions d’habitants. L’épidémie de grippe hivernale occasionne une remontée du nombre de cas plus importante que ne le fera le vaccin de la grippe.

D’autres effets secondaires pourront survenir mais comme pour tout vaccin .

En conclusion:

Si on veut éviter la grippe , la vaccination est le moyen le plus efficace;

Se vacciner s’est aussi  une démarche de responsabilité collective qui permet de protéger les personnes faibles sur le plan santé que vous pouvez rencontrer dans votre entourage proche: femmes enceintes qui sont plus vulnérables, nourrisson, personnes atteintes de problèmes de santé qui les rendent fragiles ( asthme, bronchite chronique, insuffisants respiratoire), personnes malades ( cancer, traitement pour diverses pathologies qui affaiblissent les capacités de défenses).

Se vacciner c’est aussi éviter que le virus ne circule davantage et donc diminuer la possibilité de mutation du virus vers une forme plus agressive, plus mortelle.

Ma conclusion, vous l’avez compris, est que la démarche citoyenne envers soi, ses proches et la communauté, recommande de se faire vacciner

BPCO Bronchopneumopathie chronique obstructive

Cette maladie, due dans 90 % des cas au tabac et qui veut dire que les bronches sont en partie fermées et obstruées, concernent entre 3 et 3,5 millions de personnes soit 7,5 % de la population française.
Les 2/3 des personnes atteintes ignorent leur maladie. Pourtant, elle conduit à une dégradation de la respiration avec essoufflement, toux chroniques et à des infections bronchiques sévères. Ce sera la 4 eme cause de mortalité en France en 2030. Elle est responsable de 16000 décès par an!

Qui peut en être atteint? Essentiellement les fumeurs.
Sur 100 fumeurs à un moment donné, la moitié ont une bronchite chronique et un sur cinq une BPCO.
Si on examine à présent 100 fumeurs de 65 ans qui fument toujours, c’est 50 % qui ont une BPCO!! Cet état engendrera des troubles respiratoires graves. C’est pourquoi, il faut se faire dépister chez son médecin en faisant des tests respiratoires : mesures du souffle au moyen d’un minispiromètre.

Des résultats perturbés ou des résultats même normaux chez une personne essoufflée avec des signes de bronchite chronique doivent faire l’objet d’examens plus poussés: une exploration fonctionnelle respiratoire chez un pneumologue.

L’atteinte des voies respiratoires impose alors une première action importante pour stopper la dégradation respiratoire: c’est l’arrêt du tabac

Questions sur la grippez H1N1 et la vaccination

La grippe A(H1N1)v en questions
Alors que la pandémie grippale tant annoncée commence timidement, la campagne de vaccination vient d’être lancée le 12 novembre, juste à temps de façon in extremis. À partir des sites officiels, nous vous proposons une synthèse des réponses aux questions les plus fréquentes.
1. Les critères diagnostiques de la grippe A(H1N1)v sont-ils les mêmes que ceux de la grippe saisonnière ?
Un cas possible de grippe A(H1N1)v est défini par l’InVS comme toute personne présentant un syndrome respiratoire aigu de début brutal :
- fièvre ≥ 38°, courbatures ou asthénie ;
- et au moins un signe respiratoire, toux ou dyspnée.
Le diagnostic de grippe A(H1N1)v est probablement sous-évalué en raison de formes a- ou paucisymptomatiques, de formes non fébriles et de formes trompeuses avec symptômes gastro-intestinaux (douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhée), en particulier chez l’enfant.
Chez les nourrissons de moins de un an, un cas possible de grippe A(H1N1)v est défini par une fièvre ≥ 39°associée ou non à :
- des symptômes respiratoires (atteinte des voies supérieures et inférieures)
- des troubles digestifs
- des convulsions
Chez les femmes enceintes, le diagnostic de grippe A(H1N1)v est évoqué devant un syndrome fébrile avec signes respiratoires.
2. Quelles sont les populations à risque de complications ?
- Les nourrissons de moins de 1 an présentant au moins un facteur de risque (FDR) : dysplasie bronchopulmonaire, cardiopathie cyanosante, prématurés d’âge




Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
lamaladiedalzheimer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vivre sa vie
| I M C MOSELLE - Mieux vivr...
| Santé vous bien!