• Accueil
  • > Gynécologie
  • > Chlamydiae trachomatis. Une infection génitale peu ressentie aux conséquences graves

Chlamydiae trachomatis. Une infection génitale peu ressentie aux conséquences graves

Bien qu’elle progresse de 19 % chez les hommes et 25 % chez les femmes entre 2008 et 2009 et concerne 3,6% des femmes et 2,4 % des hommes âgés de 18 à 24 ans, L’infection à Chlamydiae trachomatis reste méconnue pour 64 % des femmes et 68 % des hommes qui en sont porteurs.

Si elle se traduit par des signes cliniques, la femme peut présenter des pertes jaunes verdâtres ou blanches, de petits saignements , des douleurs vésicales  et/ou de l’urètre, des douleurs lors des rapports sexuels. L’homme peut ressentir des brûlures de l’urètre.

Quelles conséquences : (Source J-M. Boh bot. Chlamydaie trachomatis : l’ennemi de la trompe)

  • Grossesse extra-utérine : risque augmenté de 2,7 %
  • Infection des trompes (salpingites hospitalisées) : risque majoré de 5,6 %. Ce germes en cause dans la moitié des salpingites.
  • Stérilité par obstruction tubaire : Risque majoré de 6,7 %. Chlamydiae est responsable de 70 des causes d’obstruction tubaire.

Pourtant des moyens simples permettent d »éviter ces conséquences désastreuses:

  • Prévention par le port de préservatif durant les rapports.
  • Dépistage par des tests:
    • Prélèvement locaux : vaginal chez la femme et urétral chez l’home
    • le Bilan sanguin montrant des anticorps bas négative le diagnostic ; un taux élevé avec conjointement une VS élevée, témoin d’une inflammation, oriente vers une infection récente ( valeur prédictive positive de 86 %)
    • L’échographie endovaginale coupée au Doppler couleur permet parfois le diagnostic mais reste moins précis que l’examen suivant
    • La cœlioscopie : Visualisation de la cavité utérine permet d’affirmer le diagnostic. Cet examen est prescrit selon des indications spécialisées précises.
    • L’IRM, précise, peut remplacer la cœlioscopie
  • Les traitements
    • En cas d’infection aiguë non compliquée : Azithromycine 1 gr en prise unique ou doxycycline  100 mg*2 /J /7J et traitement du partenaire
    • En cas d’infections sévères, les traitements antibiotiques prolongés sont d’autant plus efficaces qu’ils sont débutés précocement:
      • ofloxacine 400 mg 2 fois par jours associés à Métrodinazole 500 mg * 2/J pendan14 J ou
      • Ceftriaxone 1g en intramusculaire en dose unique ou
      • Doxycycline 100 mg *2 /J pendant 14 jours.
      • Traitement du partenaire
Faîtes vous dépister. Votre médecin vous prescrira les tests appropriés et éventuellement les traitements adaptés.

 

0 Réponses à “Chlamydiae trachomatis. Une infection génitale peu ressentie aux conséquences graves”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
lamaladiedalzheimer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vivre sa vie
| I M C MOSELLE - Mieux vivr...
| Santé vous bien!