Archive pour la Catégorie 'Drogues'

Le binge drinking: risque cérébral

cette conduite tant rapportée par les médias est en progression constante chez les adolescents dès l’âge de 15-16 ans.
15 à 30 % des ados le pratique « régulièrement ».
Être binge drinker c’est boire au minimum 5 verres en une seule occasion pour les garçons et 4 verres pour les filles.
Cette tendance s’accentue dans les pays de l’est, diminue au Danemark et au Royaume-Uni et stagne en France.
Pourquoi ce comportement chez les ados?
Tout d’abord, c’est une période de rébellion face à l’autorité parentale et le maintien de la norme comportementale reste primordiale pour que l’adolescent puisse se référer à une norme défini par un référent adulte.
Ensuite, la tentation de la consommation en alcool est favorisée par les industriels en initiant la consommation d’alcool sous forme de boissons aux allures innocentes telles que les premix (mélange de soda et d’alcool).
Enfin, les modifications cérébrales qui s’effectuent chez l’adolescent font que la zone cérébrale préfontale, qui s’occupe de contrôler pulsions et tendances désordonnées, n’est pas aussi vite formée que les zones qui gèrent les impulsions et la recherche de sensations fortes (zone de l’amygdale).

La sensibilité du cerveau de l’adolescent est plus importante que celle d’un adulte.
L’intoxication alcoolique aiguë altère le jugement, le raisonnement, entraîne des phénomènes de désinhibition avec plus de conduites à risque violentes ou sexuelles et une augmentation du temps de réaction pour la prise de décision.
Les sevrages répétés diminuent les capacités de mémorisation, de concentration et augmente les variations d’humeur.
Le binge drinking répété est source de toxicité importante de certaines cellules cérébrales notamment de l’hippocampe. Il en résulte des troubles de l’apprentissage, psychiatriques tels que dépression et suicides.
Ultérieurement, la dépendance à l’alcool est augmentée et se majore la consommation d’autres drogues et le taux de maladies psychiatriques.
Intervenir signifie dépister le plus tôt possibles les adolescents à risque afin de mettre en place une prévention personnalisée auprès cet adolescent.
Source: le quotidien du médecin N°8519 du 27/02/2009




Manon Pepin - Massage suédois |
Alimentation et grossesse |
lamaladiedalzheimer |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vivre sa vie
| I M C MOSELLE - Mieux vivr...
| Santé vous bien!