Archive pour la Catégorie 'Tabac'

BPCO Bronchopneumopathie chronique obstructive

Cette maladie, due dans 90 % des cas au tabac et qui veut dire que les bronches sont en partie fermées et obstruées, concernent entre 3 et 3,5 millions de personnes soit 7,5 % de la population française.
Les 2/3 des personnes atteintes ignorent leur maladie. Pourtant, elle conduit à une dégradation de la respiration avec essoufflement, toux chroniques et à des infections bronchiques sévères. Ce sera la 4 eme cause de mortalité en France en 2030. Elle est responsable de 16000 décès par an!

Qui peut en être atteint? Essentiellement les fumeurs.
Sur 100 fumeurs à un moment donné, la moitié ont une bronchite chronique et un sur cinq une BPCO.
Si on examine à présent 100 fumeurs de 65 ans qui fument toujours, c’est 50 % qui ont une BPCO!! Cet état engendrera des troubles respiratoires graves. C’est pourquoi, il faut se faire dépister chez son médecin en faisant des tests respiratoires : mesures du souffle au moyen d’un minispiromètre.

Des résultats perturbés ou des résultats même normaux chez une personne essoufflée avec des signes de bronchite chronique doivent faire l’objet d’examens plus poussés: une exploration fonctionnelle respiratoire chez un pneumologue.

L’atteinte des voies respiratoires impose alors une première action importante pour stopper la dégradation respiratoire: c’est l’arrêt du tabac

Le benzopyrene de la cigarette favorise le papilloma virus sur le col de l’utérus

  • Le carcinogène benzo[a]pyrène de la fumée du tabac augmente la synthèse du papillomavirus humain

    Les résultats des études épidémiologiques suggèrent que les carcinogènes de la fumée du tabac et l’HPV sont des cofacteurs synergiques dans l’augmentation du risque de la progression du cancer du col utérin. Le benzo[a]pyrène (BaP), un carcinogène majeur de la fumée du tabac a été détecté dans le mucus du col utérin et peut interagir avec l’HPV. L’exposition des cellules du col utérin à des concentrations élevées de BaP augmentait de 10 fois les titres de l’HPV 31, alors que le traitement avec des concentrations basses de BaP a été suivi d’une augmentation du nombre de copies du génome HPV, mais pas d’une augmentation de la morphogénèse du virion. L’exposition au BaP augmente aussi les titres de HPV 16 et HPV 18. En total, les modulations BaP du cycle de vie d’HPV pourrait augmenter la persistance virale, la carcinogénèse des tissus de l’hôte et la permissivité de la progression du cancer.

    27 février 2008


  • (J Virol. 2008 ; 82 (2) : 1053-58. Alam S et al.)

Test de motivation pour arrêter de fumer

Source Lagrue Gilbert. Arrêter de fumer? Ed Odile Jacob  

Aimeriez- vous arrêter de fumer si vous pouviez le faire facilement:

  • Non =0
  • Oui=1

Avez vous réellement envie de cesser de fumer?

  • Pas du tout=0
  • Un peu=1
  • Moyennement=2
  • Beaucoup=3

Pensez-vous reussir à cesser de fumer dans les 4 semaines à venir?

  • Non=0
  • Peut-être=1
  • Vraisemblablement=2
  • Certainement=3

Pensez-vous être un ex-fumeur dans 6 mois ?

  • Non=0
  • Peut-être=1
  • Vraisemblablement=2
  • Certainement=3

Score > ou= à 5: Il est nécessaire de renforcer votre motivation ( lecture, groupe de parole, consultation spécialisées …). Ne pas se précipiter, continuer d’y penser et de vous y préparer
 Score compris entre 6 et 8: Motivation moyenne : Evoquez tout ce que vous apportera l’arrêt du tabac ( capital santé, goût, odorat, protection des personnes environnantes, économie)

Score > 8 : Super motivé, vous pouvez arrêter de fumer. Votre médecin vous prposera la solution la plus adapté à votre cas pour cesser le tabac

 

Aide à la réflexion sur le tabac

Pour arrêter de fumer, il faut comprendre malgré la difficulté que cela représente qu’il ya des avantages à court terme et aussi à long terme sur le plan santé, financier etc..

Voici les bénéfices à court et long terme:

  • 20 mn La pression sanguine et les pulsations du cœur redeviennent normales.
  • 8 h L’oxygénation des cellules redevient normale.
  • 24h Le risque d’infarctus du myocarde diminue déjà. Les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée. Le corps ne confient plus de nicotine.
  • 48 h Le goût et l’odorat s’améliorent.
  • 72 h Respirer redevient plus facile. Les bronches commencent à se relâcher et on se sent plus énergique.
  • 2 S à 3 mois La toux et la fatigue diminuent, On récure du souffle. On marche plus facilement.
  • 1 à 9 mois Les cils bronchiques repoussent. On est de moins en moins essoufflé.
  • 1 an Le risque d’infarctus du myocarde diminue de moitié. Le risque d’accident vasculaire cérébral rejoint celui d’un non-fumeur.
  • 5 ans Le risque de cancer du poumon diminue presque de moitié.
  • 10-15 ans L’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé.

    Les avantages financiers  ne sont pas négligeables non plus. En se basant sur un coût moyen de 5 € par paquet de 20 cigarettes, voilà l’économie réalisée: (Dans la prmière colonne figure le nombre de cigarettes fumées par jour et dans les autres l’économie réalisées selon le temps)

     

     

    3 mois 1 an 5 ans 10 ans

    5

    113

    456

    2281

    4563

    10

    225

    913

    4563

    9125

    15

    338

    1369

    6844

    13688

    20

    450

    1825

    9125

    18250

    30

    675

    2738

    13688

    27375

    40

    900

    3650

    18250

    36500


    Syndrome de sevrage est une difficulté à affronter. Il est d’autant plus facile à surmonter quand on sait combien de temps il peut durer:

    • Irritabilité, agressivité < 4 semaines
    • Insomnie < 4 semaines
    • Humeur triste, dépressive < 4 semaines
    • Difficulté de concentration < 4 semaines
    • Agitation, nervosité < 4 semaines
    • Augmentation de l’appétit > 10 semaines
    • Envie de fumer > 10 semaines

     

    Tabac : réflexions pour arrêter de fumer

    Le tabac est débuté de plus en plus tôt dès l’age de 10 ans à présent. Lorsque la consommation de tabac persiste malheureusement, des effets néfastes peuvent se produire sur le corps humains. Comme le tabagisme est débuté plus tôt, les effets secondaires peuvent aussi débuter plus tôt.

    Or on sait que les messages de prévention délivrés avant l’âge de 13 ans sont efficaces. Ces messages sont délivrés par les parents ou des personnes formés sur les effets secondaires du tabac.

    influenceinfosurtabagisme.jpg

    Penser aux effets du tabac, c’est penser au cancer du poumon en espérant que l’on ne sera pas atteint. Toutefois, il est certain que plus une personne fume plus elle augmente le risque d’être atteint d’un cancer du poumon. Ainsi entre 2000 et 2004, les cas de cancer du poumons ont cru de 40 % chez les femmes fumeuses de 45 à 65 ans. Ne penser qu’au cancer est insuffisant. Le tabac est responsable de nombreux décès qui ne sont pas dus à un cancer. Le diagramme ci dessous montre les causes de décès que pourra engendrer le tabac en 2015.

    projectioncausesmortalitpartabagismeen2015.jpg

    Après le cancer, c’est la bronchite chronique obstructive. 40 % des personnes atteintes de BPCO sont des femmes. La mortalité féminine due à la BPCO est passée de 21 à 78 % entre 1979 et 1999. L’avenir reste sombre vu que le tabac chez les femmes a augmenté de 30 % en 30 ans, ce qui laisse présager en 2025 une mortalité liée au tabac chez les femmes 11 fois plus importante qu’en 1990 et seulement 2 fois plus pour les hommes sur la même période .

    Pour comprendre ce que l’on fume il est bon de connaître la composition d’une cigarette:

    cigaretteanatomie.jpg

     




    Manon Pepin - Massage suédois |
    Alimentation et grossesse |
    lamaladiedalzheimer |
    Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vivre sa vie
    | I M C MOSELLE - Mieux vivr...
    | Santé vous bien!